Et si on s’adaptait au sommeil des enfants ?

Et si on s’adaptait au sommeil des enfants ?

  •  
  •  
  •  

Je réfléchissais, depuis vendredi dernier, à la préparation de ce podcast sur le sommeil des enfants. Par le plus grand des hasards, samedi, nous sommes arrivées à parler de ce sujet dans une conversation avec une amie. Elle m’expliquait que chez elle, son fils se couchait vers les 21h et qu’il s’endormait en une dizaine de minutes. À l’inverse, chez son père, l’enfant doit aller au lit plus tôt (entre 20h et 20h30). Le garçon n’étant, absolument, pas fatigué, n’arrive pas à s’endormir. Il reste donc éveillé jusqu’à passer 21h30.

La conclusion de notre discussion était qu’un enfant n’a pas les mêmes besoins qu’un autre et que ces heures, nécessaires à son bon développement, vont évoluer avec l’âge. À nous de s’adapter à l’enfant.

Tu peux directement écouter le podcast ci-dessous, le télécharger pour l’écouter plus tard ou t’abonner sur les plateformes d’écoute en ligne (Deezer, Apple podcast ou Spotify). Tu peux retrouver les précédents podcast ici.

Les besoins en sommeil des enfants

Je t’entends me dire, d’accord Shirley, mais comment mettre ça en place pour avoir mes soirées sans enfants, du temps pour moi quoi ? Je vais en venir, mais avance ça, voyons comment on peut définir les besoins en sommeil de notre enfant.

Il existe, bien évidemment, des barèmes, ou plutôt, des moyennes, qui nous donne une idée du nombre d’heures dont l’enfant aurait besoin pour être en forme.

Pour avoir une idée de ce qu’on peut trouver sur le net comme norme, en voici un petit aperçu.

Groupe d’âge         Âge                 Nombre moyen d’heures de sommeil nécessaires par 24 heuresNombre moyen de siestes nécessaires par 24 heures  
Nouveau-né0-3 mois14-173-10
Nourrisson4-11 mois12-151-4
Bébé1-2 ans11-141-2
Âge préscolaire3-5 ans10-130-1
Âge scolaire6-13 ans9-110
Adolescent14-17 ans8-100
Jeunes adultes18-25 ans7-90
Adultes26-64 ans7-90
*Je te mets le lien ici, si tu veux avoir plus de détails.

Malgré qu’on nous bombarde de nombres de ce genre, cela ne veut pas dire que tous les enfants entrent dans ces chiffres. Néanmoins, ça nous donne une petite idée des besoins moyens d’un enfant en fonction de son âge.

Rien ne vaut l’observation

Pour bien connaître les besoins de nos enfants, rien ne remplace l’observation. Et le parent reste la personne la mieux placer pour comprendre ce dont son enfant a besoin.  

Avec le temps et l’expérience, le parent distingue certains signes de fatigue chez l’enfant : frottement des yeux, pleurs, difficultés à gérer les émotions, agressivité, etc… C’est le top départ pour tenter de faire dormir l’enfant.

Nous sommes souvent attentifs à ces manifestations chez les plus jeunes et oublions parfois de continuer d’observer une fois le bambin devenu enfant. On se base sur des horaires prédéfinis. Peut-être, parce que l’on pense que l’enfant a besoin d’un nombre d’heures définies pour être en forme pour aller à l’école le lendemain ou parce que ça se fait comme ça chez les autres.

Pourtant, là encore, chaque enfant à ses besoins et ses indicateurs.

Dans mon idéologie, je pensais que les enfants les plus jeunes se coucheraient toujours en premier et les plus grands en dernier. Chez nous, ce n’est pas tout à fait comme ça. Encore aujourd’hui, à l’aube de ses 7 ans, Elis à besoin de bien plus d’heures de sommeil que son jeune frère de 5 ans et ça ne date pas d’hier.

À 3 ans, déjà, Kalen avait toujours beaucoup de difficultés à s’endormir en même temps qu’Elis. Nous avons remarqué que le prendre près de nous 30 minutes de plus et faire un puzzle ou un mémorie, lui permettait ensuite de s’endormir plus rapidement.

L’observation permet de mieux comprendre chaque besoin de l’enfant et pas uniquement à déceler le bon moment de mettre l’enfant au lit.

Les besoins de sommeil de l’enfant, oui, mais nous dans tout ça ?

Maintenant, abordons le sujet des soirées entre adultes ou pour soi-même.

Je sais que depuis un moment, je t’encourage à prendre du temps pour toi et pour ton couple. Je suis d’accord avec toi, que le moment où on a le plus de chance de passer du temps sans les enfants, c’est lorsqu’ils sont au lit.

Alors, comment faire, lorsqu’on souhaite respecter le rythme de sommeil de l’enfant sans pour autant que cela empiète sur notre temps de décompression et de ressourcement.

Il y a deux manières de voir la chose.

  • Soit, tu acceptes de perdre, entre guillemets, une demi-heure, une heure et passer ce temps avec ton enfant (sans écran). Car au-delà de veiller au respect de son rythme, tu lui offres un moment avec toi, tu lui recharges son réservoir émotionnel et tu renforces le lien parent-enfant. C’est un temps mis à disposition de l’enfant pour ensuite lui permettre de s’endormir rapidement et paisiblement.
  • La 2ème option, est d’instaurer un cadre où l’enfant pourra prendre ce temps pour lire ou faire une quelconque activité calme, tout en respectant que le parent souhaite ne pas être sollicité.

Dans les deux cas, on est à l’écoute du besoin de sommeil de l’enfant en ne l’encourageant pas à se mettre en lit trop tard.

Tu es peut-être sceptique à mon raisonnement, mais je t’encourage à observer ton enfant, analyser les faites et tester de respecter les besoins et le rythme de ton enfant. Une fois que tu auras tenté l’expérience, tu pourras juger de l’efficacité ou non de ma théorie.

Pour terminer, une citation de la célèbre Marguerite Yourcenar…

“Une once d’observation raisonnée vaut plus qu’une tonne de songes.”

Marguerite Yourcenar

  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage