L’exemplarité de l’adulte, est-elle indispensable pour l’enfant ?

L’exemplarité de l’adulte, est-elle indispensable pour l’enfant ?

  •  
  •  
  •  

L’exemplarité ? Qu’est-ce que ce mot veut-il bien dire ? Nous nous sommes tous déjà retrouvé dans une situation où notre enfant répète ou reproduit certains de nos comportements, bons comme mauvais. Non ?

Personnellement, je me souviendrais toujours de notre fille, Eleane, âgée d’environ 2 ans et demi, prendre son petit frère d’un an son cadet et le mettre au coin. Elle l’avait vu faire une action interdite à la maison (Laquelle ? Je ne m’en souviens pas.) et avait pensé que comme nous la punissions, de temps en temps, elle devait faire pareil avec son frère.

En tant qu’adulte, nous avons donc une grande responsabilité vis-à-vis des enfants. En effet, un enfant apprend en imitant ce qu’il observe autour de lui : ses parents, ses enseignants, …  Par conséquence, soyons pertinents et montrons l’exemple. Mais comment ? C’est ce qu’on va voir aujourd’hui.

L’exemplarité, commence par notre attitude : « Fait ce que je fais. »

Vous avez certainement déjà entendu cette célèbre phrase « fait ce que je dis et non ce que je fais ». Si le parent agit de la sorte, alors la confiance entre l’enfant et l’adulte est rompue. L’enfant grandit sans modèle concret et fiable à imiter. Car ne l’oublions jamais, l’enfant reproduit ce qu’il entend et voit, même en grandissant.  Malheureusement, il est triste de constater que trop souvent, nous effectuons le contraire de nos dires.

Il est temps de transformer cette expression par « fait ce que je fais ». Le parent se doit donc d’être cohérent. L’adulte va ainsi mettre en pratique ses paroles, plutôt que d’exiger de son enfant qu’il fasse ce qu’on lui demande.

Le parent est un modèle pour l’enfant. Une sorte d’idole à qui chaque petit garçon ou petite fille voudrait ressembler.

« Mon papa, c’est le meilleur ! »

« Ma maman, c’est la plus belle ! »

« Quand je serai grand, je veux être dentiste, comme maman. »

Nous avons tous déjà entendu ce genre de phrases trop mignonnes. C’est tout simplement parce que nos enfants nous admirent et veulent nous ressembler. Trop envoûtés par leur amour pour nous, ils ne se rendent pas compte que certains de nos comportements ne sont pas toujours adaptés, voire même inadmissibles venant d’un enfant.  

De ce fait, il est important de lui montrer l’exemple. Apprendre à identifier ses petits et grands gestes inconscients qui sont inappropriés est le début d’une exemplarité saine.

Juste pour le plaisir, je vous partage la chanson de Johnny Hallyday « fait ce que je dis »

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

L’exemplarité aussi dans notre langage

Que ta parole soit irréprochable, écrit Don Miguel dans son livre « les 4 accords toltèques ». (Je parle de ce livre ici.) Effectivement, la puissance des mots est redoutable. Nous pouvons blesser les autres, comme les honorer. Nous pouvons nuire, comme nous pouvons valoriser.

Pourtant, les jeunes enfants entendent et répètent les paroles des adultes sans forcément se rendre compte des conséquences. C’est aux adultes de faire attention à leur langage pour que l’enfant apprenne, dès le plus jeune âge, à respecter les autres à travers ses mots, à être bienveillant dans ses paroles et dans sa manière de communiquer avec autrui.

Malheureusement, notre société fait face au fléau de notre génération : la vulgarité. Pourtant, en montrant l’exemple et en contrôlant notre propre langage, les effets seront bien plus positifs que d’interdire aux jeunes d’utiliser ce vocabulaire. Une exemplarité qui peut faire évoluer de manière positive les tendances linguistiques d’aujourd’hui.

Que ta parole soit irréprochable. Pour le bien de chacun, soyons bienveillant dans notre langage.

Le respect doit être réciproque

Une relation entre parent et enfant doit être basée sur un respect réciproque pour qu’elle soit solide et saine. Force est de constater, que trop souvent, les adultes sont conscients des comportements excessifs des enfants, mais pas de leurs torts.

Pour rééquilibrer la balance et construire une relation basée sur la confiance, il est important de traiter les enfants, comme nous aimerions qu’ils nous traitent. Le respect doit aller dans les deux sens si nous ne voulons pas que la relation entre parents et enfants devienne une lutte de pouvoir.

Cependant, Florence Renaux, dans son livre « Grosses colères et petits drames » va encore plus loin. Elle parle de triangle du respect. Pour que le respect soit au centre de la relation, il faut veiller aux trois angles de ce triangle : je me respecte, je respecte mon enfant, mon enfant me respecte. Caroline, du site apprendre à éduquer vous explique plus en détails ce principe ici.  

Pour en revenir à l’exemplarité, pour qu’un enfant se sente concerné par le respect, l’adulte a le devoir d’être un modèle dans ce domaine. De plus, le rôle du parent est de l’enseigner aux enfants par des actes concrets.

Pour une exemplarité idéale : demander pardon

Soyons réalistes, personne n’est parfait et nous faisons tous des erreurs. Nous avons beau faire tous les efforts du monde, un jour ou l’autre, il nous arrive de crier sur nos enfants, de dire des injures ou même d’avoir un geste malveillant. Ne vous inquiétez pas, c’est totalement normal. Nous sommes des êtres humains avec nos émotions et nos réactions, pas des machines. D’ailleurs, si vous avez envie de mieux comprendre vos réactions émotionnelles, je vous encourage à aller lire ceci.

Néanmoins, pour être honnête avec votre enfant, soyez humble, reconnaissez vos torts et demandez pardon. Évidemment, ce n’est pas si simple que ça. L’adulte doit apprendre à faire violence à son orgueil et ravaler sa fierté.

Pourtant, un simple « pardon, je me suis trompé » ou « je suis désolé d’avoir réagi ainsi » peut désamorcer bien des conflits entre parent et enfant. Mais pas seulement. À l’école, dans le sport, au travail et dans toutes les sphères de notre vie, avouer ces erreurs montre un signe de force, de courage et d’honnêteté.

Alors, s’il est un domaine où le parent se doit d’être exemplaire, ce n’est pas dans la perfection de son comportement, mais dans sa capacité à accepter ses erreurs et à formuler des excuses sincères.

Alors maintenant à vous de jouer ; sortez de votre zone de confort et efforcez-vous à être exemplaire.

Après avoir lu ces quelques lignes, l’exemplarité de l’adulte est-il indispensable pour l’enfant ?


  •  
  •  
  •