La socialisation des enfants à l’école : mythe ou réalité ?

La socialisation des enfants à l’école : mythe ou réalité ?

  •  
  •  
  •  

Je vais aborder un sujet pointilleux aujourd’hui : la socialisation des enfants. Personnellement, le mot socialisation, je le trouve très intéressant. Pourtant, à force d’en entendre une interprétation erronée, il commence à me fatiguer.

Tu peux directement écouter le podcast ci-dessous, le télécharger pour l’écouter plus tard ou t’abonner sur les plateformes d’écoute en ligne. Tu peux retrouver les précédents podcast ici.

Les mensonges sur la socialisation des enfants

Durant toute ma formation d’éducatrice de l’enfance, j’ai entendu qu’en tant que professionnels de l’enfance, nous avions un rôle très important dans la socialisation des jeunes enfants. L’enfant qui va en crèche serait bien plus social que les enfants qui auraient été avec leur mère (ou leur père), à la maison, avant l’entrée à l’école.

J’ai donc baigné, durant quelques années, dans cette idée que j’étais indispensable au bon développement des enfants.

Oui, mais… j’ai eu mes propres enfants. Et lorsqu’on devient parent, on se pose beaucoup de questions et on remet en cause certaines valeurs que nous avions.

Avant de m’attirer la fureur de mes collègues, j’aimerais préciser que je n’ai rien contre les crèches. Elles sont très utiles et la plupart des éducatrices et des éducateurs que j’ai pu rencontrer ont toujours été très compétents. Mes deux aînés ont d’ailleurs fait quelques années en crèches. Donc, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit.

Néanmoins, un enfant qui ne va pas en crèche (ou chez la nounou), ne sera pas pour autant un enfant asocial. Patience, je t’explique ma théorie dans 1 minute.

Dans ma réflexion de ma maman, l’idée de ne pas mettre les enfants à l’école est apparue. Et puis, est venu le moment d’annoncer à la famille, que notre aînée ferait sa rentrée à la maison. Évidemment, selon les propres de nos proches, elle n’aura pas ce contact social qui lui permettra de développer la socialisation, ça risque d’être un problème pour elle.

Qu’est-ce que la socialisation ?

Toi aussi, tu penses peut-être comme mes formateurs ou mes proches. Alors, laisse-moi te parler du mot socialisation.

Je ne vais pas être très originale et je vais prendre la définition du dictionnaire Larousse :

« Processus par lequel l’enfant intériorise les divers éléments de la culture environnante (valeurs, normes, codes symboliques et règles de conduite) et s’intègre dans la vie sociale. »

Pour pouvoir comparer, je suis allée chercher encore plus loin.

Dans l’un des dictionnaires en sciences économiques ou sciences sociales, il est écrit que « la socialisation désigne le processus par lequel les individus intègrent les normes, les codes de conduite, les valeurs, etc. de la société à laquelle ils appartiennent ». Dans un autre, on peut lire que la socialisation est une « intériorisation par une personne des règles de vie et des normes en vigueur dans une société donnée, permettant à la personne concernée d’être acceptée et intégrée dans la société en question. »

Le mythe de la socialisation des enfants par l’école

Comme tu peux le voir, toutes ces définitions se rapportent à la notion de société.

Certes, nous pouvons dire qu’une classe d’école est une petite société et que de ce fait tous les enfants d’une classe vont petit à petit intégrer les règles et les normes propres à ce groupe d’enfants. Au final, ils seront certainement tous socialisés à l’environnement d’une classe d’école.

Malheureusement, dans la pensée collective, nous croyons qu’un enfant qui passe la plupart de son temps à l’école aura les codes sociaux pour vivre dans la société au sens plus large, mais qu’un enfant qui reste à la maison ne les aura pas acquis.

Pourtant, tous les enfants, qu’importe leur lieu de garde ou d’instruction, apprendront et intégreront les règles de vie de la société dans laquelle il vit.

J’ai énormément d’exemples de mes enfants qui interagissent très bien dans notre société. Que ce soit avec des enfants du même âge, des enfants plus âgés ou plus jeunes, avec des personnes âgées, ou tout simplement avec d’autres adultes, ils connaissent les règles et les normes.

Il n’y a pas longtemps, nous sommes allés au parc dans une grande ville près de chez nous. Nous étions à peine arrivés qu’Elis sympathise avec un autre garçon et s’en va jouer avec lui. Malgré qu’il ne soit jamais allé à l’école, il a intégré les codes pour entrer en contact avec ces pairs et connaît les règles pour jouer avec eux.

De même, nos enfants apprécient de discuter avec nos voisins. 10 ans, 50 ans ou plus de 80 ans les séparent parfois. Mais qu’importe, ils ont également pris conscience du comportement qu’ils doivent adopter face à des personnes d’une autre génération.

La socialisation se fait dans la société

Je ne dégrade pas l’école, ni même les crèches. Ils ont leurs atouts, comme leurs défauts. Mais tu vois bien que l’opinion publique est faussée et qu’un enfant peut tout aussi bien se socialiser et se développer correctement même sans avoir mis les pieds dans une structure d’accueil collective.

La socialisation se fait dans la société et la société est partout autour de nous : dans les magasins, dans les parcs, avec les voisins, les membres de la famille élargie, en vacances, dans les clubs de sports, … Enfin, partout.

Maintenant que tu as pris conscience de cela, auras-tu une autre vision de la socialisation ? Verras-tu autrement les enfants qui ne sont jamais allés en crèches, chez une nounou ou à l’école ? Pourrais-tu ne pas sortir cet argument de « la socialisation » lorsqu’un parent exprime avec enthousiasme son choix d’instruire son enfant à la maison ou de mettre sa vie professionnelle entre parenthèses pour s’occuper de son bébé ?

N’oublie pas, la socialisation se fait partout.

Pour terminer, je te propose une citation d’une économiste congolaise.

« La socialisation, c’est aussi le partage des bonnes mœurs. »

Mrtb


  •  
  •  
  •  
  • 57
    Partages