Bilan estival 2021

Bilan estival 2021

  •  
  •  
  •  

Aujourd’hui, j’ai envie de te partager le bilan de mon été. Pas pour m’en vanter, ni même pour qu’on pleure sur mon sort, mais parce que je suis convaincue que ça peut aider bien des parents à déculpabiliser.

Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, dans des anciens podcasts, des articles ou la newsletter, la mère parfaite (ou le père parfait) n’existe pas. Et je ne déroge pas à la règle.

Pour faire cette rétrospective des deux mois qui viennent de s’écouler, j’ai suivi le conseil de Anne Latron, chroniqueuse chez les fabuleuses au foyer, qui consiste à partir du pire pour aller vers le mieux.

Alors commençons par un événement marquant de mes vacances

J’ai pété les plombs, j’ai claqué la porte et je suis partie.

Depuis bientôt 9 ans que je suis devenue mère, ça ne m’était encore jamais arrivé. Entre la fatigue, le râle-bol et l’impression de devoir être partout en même temps, j’ai explosé. Je suis partie, en laissant mon mari et les 4 enfants à la maison. Et j’ai marché, marché et marché jusqu’à que la pluie me fasse faire demi-tour.

Une fois rentrée chez moi, les soucis n’avaient pas disparu comme par magie, mais je me sentais quand même plus apaisée et prête à affronter cette fin de journée. J’aurais, au moins, appris quelques choses de cet événement : qu’il faut vraiment que je prenne du temps pour moi, même pendant les vacances.

J’ai eu envie de lance mon petit dernier par la fenêtre.

Ne me dénonce pas tout de suite à la protection de l’enfance. Écoute plutôt ce que j’ai à dire et tu verras que je ne suis pas la seule.

On entend souvent parler du terrible two, cet âge ou notre bébé essaye de se frayer un chemin dans le monde des plus-tout-à-fait-si-petit. Kian, mon petit dernier, est totalement dans cette phase de développement. Entre ses “non” incessants et l’apprentissage de la frustration, j’ai parfois le sentiment d’être totalement impuissante. J’essaye d’entendre sa souffrance, mais je me vois me faire taper ou lancer des jouets dessus.

Malgré toute la patience et la bienveillance du monde, il y a des jours où l’on a envie de stopper tout ça.

Alors bon, j’exagère un peu quand je dis que je veux le lancer par la fenêtre (peut-être pas tant que ça finalement). Enfin bref, tous les parents le savent bien, quand nos nerfs sont soumis à de telles pressions, on pense parfois n’importe quoi. Mais sois rassuré, l’amour qu’on porte à nos enfants est tellement grand qu’il nous sert de garde-fou. Finalement, c’est humain de penser ainsi, ce qui n’est pas normal, en revanche, c’est de passer à l’acte.

Peut-être que je devrais écrire un livre intitulé l’enfant qui volait par la fenêtre, une sorte d’histoire fantastique qui me permettrait de m’évader dans mes pensées à chaque fois que mes enfants me poussent à bout. Je vais y réfléchir.

Bon revenons à mon bilan.

J’ai aussi beaucoup crié (peut-être un peu trop)

Je suis totalement consciente que plus je crie, plus mes enfants crient. C’est d’une logique imparable. J’avais même fait un podcast sur le volume sonore à la maison, tu peux imaginer comme j’en suis convaincue. Mais comme c’est difficile de rester calme quand 4 gamins (1 enfant peut avoir le même effet), se disputent, courent, sautent, mettent toute la maison sens dessus dessous. Il arrive donc parfois qu’on se contrôle plus et qu’on crie pour se faire entendre. C’est la preuve qu’on est bien des êtres humains avec des émotions et non des machines.

Mes petits bonheurs de mes vacances

Heureusement qu’on a des sentiments, car j’ai aussi eu de très grands moments de joie. J’ai ri, j’ai été émerveillé comme une enfant, j’ai fait des découvertes, je me suis parfois même amusée à faire des parties de cache-cache, à barboter dans l’eau, et même à faire de la luge d’été. Sans compter les nombreuses rencontres, les discussions entre copines et les instants de complicités. Il y a eu bien plus de moments heureux, avec ce sentiment de joie, que d’événements plus difficiles. Et tant mieux !

Mon livre de l’été

Dans ces bons souvenirs, il y a ma grande découverte de cet été : le livre Miracle Morning de Hal Elrod. Ce livre m’a boosté et m’a encouragé à poursuivre mes rêves.

Actuellement, je n’en suis qu’au début de cette pratique, mais je suis convaincue qu’à long terme, c’est la solution pour accomplir mon objectif. Se lever tôt le matin et prendre du temps pour soi, pour travailler sur soi, sur son développement personnel, ça semble être la solution. C’est en tout cas MA solution.

Mes meilleurs souvenirs

Et pour terminer, le point le plus positif que je peux retenir de ces derniers mois écoulés, ce sont nos balades en famille.

Si tu as un peu lu les derniers articles avant ma pause estivale, tu te souviendras peut-être que j’avais parlé de nos sorties nature. Ces soirées où on part dans la nature, avec aucun autre objectif que de se balader et profiter du calme et de la sérénité, et cela, juste nous 6.

Malgré des journées parfois éprouvantes, c’est une bouffée d’air pur, de bonheur et d’amour qui nous redonne l’énergie pour affronter la semaine.

Conclusion de mon bilan estival

C’était mon petit retour en arrière avec mes bons et mes moins bons moments, mes réflexions et le positif que j’en retire. C’était pour moi une première de faire un tel bilan. Pas facile, mais tellement riche en même temps.

Alors, oui, je ne suis pas parfaite. J’ai encore beaucoup d’efforts à faire pour devenir une meilleure personne, mais cette analyse de mes deux mois d’été met en lumière mes points faibles, mais surtout mes points forts.

Si toi aussi, tu as envie de voir le bon côté des choses, je t’encourage à tenter l’expérience : liste tes souvenirs de vacances en terminant par le meilleur. Tu verras, ça fait du bien de repenser aux riches moments passés avec sa famille, ses amis ou simplement avec un bon livre.

On termine les vacances avec une belle citation de Rania Bouziane.

citation de Rania Bouziane
« La vie est comme un piano, il faut du blanc et du noir pour faire une jolie harmonie. » Rania Bouziane


  •  
  •  
  •