Éduquer avec des règles et bienveillance

Éduquer avec des règles et bienveillance

  •  
  •  
  •  

Une éducation bienveillante ne veut pas dire ne pas mettre de règles. Alors comment faire pour éduquer avec des règles, tout en restant dans la bienveillance ? C’est ce que je te partage dans le podcast d’aujourd’hui.

Tu peux directement écouter le podcast ci-dessous, le télécharger pour l’écouter plus tard ou t’abonner sur les plateformes d’écoute en ligne (Deezer, Apple podcast ou Spotify). Tu peux retrouver les précédents podcast ici.

D’ailleurs, si tu as écouté mon podcast de mercredi, tu as peut-être réalisé que ma fille mentionnait que pour être encore plus heureuse, elle avait besoin de plus de règles. Ce qu’elle sous-entendait, c’est un manque de règles dans le foyer pour qu’elle puisse se sentir respectée dans son intégrité physique, particulièrement vis-à-vis de ces jeunes frères.

Éduquer avec des règles, c’est se soucier de la sécurité de nos enfants

Ma fille a totalement raison lorsqu’elle dit qu’il faut des règles, comme « ne pas taper », car la mission principale des règles est d’assurer la sécurité de chacun.

Dans un premier temps, la sécurité de l’enfant lui-même. Lorsqu’il est petit, il n’a pas conscience du danger et donc doit apprendre à travers les règles à se méfier des différentes sources de danger : comme les prises électriques, les chaises qui peuvent chuter, des fenêtres ouvertes, …

Dans un second temps, pour la sécurité des autres : les autres enfants, mais également les animaux et les différentes adultes qui gravitent autour des enfants.

Ce n’est pas uniquement du point de vue physique, mais également d’un point de vue psychique. On le voit bien avec l’augmentation du harcèlement via les réseaux sociaux.

D’autant plus que de manque de règles, qu’importe l’âge de l’enfant, peut provoquer un sentiment d’insécurité, d’angoisse ou se sentir perdu par une trop grande liberté.

Le manque de règles provoque une insécurité

Imagine-toi en train de nager au beau milieu de l’océan, sans voir aucun rivage à l’horizon. Au début, tu trouveras certainement ça très agréable, même jouissif. Mais petit à petit, avec la nuit qui tombe et la fatigue qui augmente, tu seras progressivement envahie d’angoisse, de peur et tu risques de paniquer et faire n’importe quoi.

D’un autre côté, si tu te retrouves dans une toute petite piscine ou tu n’arrives même pas à faire 2 brasses, tu te sentiras bloqué, enfermé et tu auras juste envie de t’énerver, de crier qu’on te sorte de là.

Pour l’enfant, c’est pareil. Perdu, au milieu de l’océan, sans rivage pour s’accrocher, il se sentira peut-être bien au départ, mais très vite prendra peur et vivra l’angoisse de n’avoir aucun point d’ancrage. Un trop petit bassin, l’empêchera de bouger et de s’épanouir.

Tu l’auras compris, les limites, les règles, sont représentées ici par le rivage ou les bords de la piscine. Sans règles, l’enfant est perdu. D’un autre côté, si l’on enferme l’enfant dans une vie très stricte, avec trop de contraintes, l’enfant se sentira oppressé.

Il faut donc trouver le juste milieu pour apporter ce qu’il faut de règles à l’enfant.

Éduquer avec des règles, c’est bien, mais…

Les règles permettront à l’enfant, de renforcer la relation de confiance entre lui et l’adulte, mais également développer de l’autonomie et une bonne estime de soi.

Et n’oublions pas que les règles sont aussi importantes pour apprendre à vivre en société.

Néanmoins, pour réussir à mettre des limites à l’enfant, il faut d’abord veiller à remplir régulièrement le réservoir émotionnel de l’enfant. J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises dans mes podcasts et dans mes articles de blog. Je t’invite à aller voir l’article sur le sujet si tu ne sais pas de quoi je parle.

Si le réservoir émotionnel de l’enfant est vide, il sera très difficile de faire valoir votre autorité. Mais une fois que tu auras bien pris le temps d’apporter l’amour inconditionnel à ton enfant, tu pourras t’occuper de faire intégrer les limites à ton enfant.

Il y a néanmoins des points à tenir compte lorsque tu amènes des règles.

Expliquer les raisons

Pour commencer, il est important de toujours bien expliquer les raisons de cette décision. Parce qu’un simple « non, tu ne peux pas avoir de chocolat », ce n’est pas suffisant. En revanche, si tu expliques qu’il est trop tard pour manger du chocolat, car on va passer à table dans 5 minutes. C’est déjà plus clair pour l’enfant.

La répétition des règles

Un enfant a besoin qu’on répète encore et encore les consignes pour qu’il les intègre. C’est donc à nous de faire preuve de patience et de continuer à reformuler les règles jusqu’à qu’elles soient comprises et deviennent naturelles chez l’enfant.

Les alternatives, plutôt que les interdits

Ce que nous oublions parfois de faire, c’est de proposer des alternatives. Nous ne souhaitons pas que l’enfant tape son petit frère, en revanche, on peut lui proposer de se défouler sur un coussin ou lui acheter un punching-ball.

De même chez les plus jeunes, il peut être pertinent de détourner l’attention. Il a envie de jouer avec la voiture avec laquelle jour un autre enfant, pourquoi ne pas lui proposer de jouer avec autre chose ou regarder un livre avec lui.

Ce qui marche bien avec notre fils de 21 mois, c’est de lui montrer quelques choses par la fenêtre. Une voiture, un oiseau, la neige qui tombe, etc… On trouve toujours quelque chose qui peut l’intéresser et qui va lui faire oublier la raison de sa frustration.

Pour éduquer avec des règles, il faut connaître la théorie des 5 C

Pour terminer, j’aimerais te parler de la règle des 5 C.

Claire : Il est important d’être claire dans les règles et les conséquences. Rien ne sert d’avoir trop de règles. Et surtout, les règles doivent être adaptées à l’âge de l’enfant.

Concrète : Expliquer concrètement le comportement que l’on attend de l’enfant en évitant de mentionner ce que l’on ne souhaite pas.

Constante : Il faut veiller à avoir toujours les mêmes règles, qu’importe notre état émotionnel, notre fatigue et le contexte dans lequel nous nous trouvons.  

Cohérente : La conséquence doit être réalisable et cohérente. De même, nous avons le devoir, en tant qu’adulte, de respecter, nous aussi, les règles. Très vite, les enfants perçoivent lorsqu’on ne fait pas ce que l’on attend d’eux.

Conséquente : La conséquence doit être en lien avec le non-respect de la règle. L’objectif est de comprendre son erreur, de se corriger et d’apprendre de nouveaux comportements.

Éduquer avec des règles, mais avec bienveillance, c’est ça la vraie liberté

J’espère que tu as compris que mettre des règles à ton enfant n’a pas pour but de le priver de liberté, mais au contraire de lui permettre de grandir librement dans la confiance et le respect de chacun.

Ton autorité est là pour le guider dans l’apprentissage de la vie, sans abus de pouvoir, mais avec beaucoup d’amour, de respect et de bienveillance.

Pour terminer, je te partage une citation célèbre qui exprime l’importance de mettre des limites, d’apprendre dès le plus jeune âge à respecter les autres, à vivre en société.

Cette phrase vient de John Stuart Mill.

« La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. »

John Stuart Mill

Pour que d’autres parents puissent comprendre qu’éducation bienveillante, ne veut pas dire “sans règles”, je t’encourage à partager ce podcast/article autour de toi (réseaux sociaux, mail, hiboux, … )


  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages