Le doudou (ou objet transitionnel)

Le doudou (ou objet transitionnel)

28 janvier 2020 5 Par Shirley
  •  
  •  
  •  

Le doudou, cet objet qui réconforte nos enfants, qui les apaisent, mais qui peut être source d’angoisse pour les parents lorsque qu’il a été oublié quelque part. Cependant, connaît-on vraiment à quoi il sert ? Quelle est son importance dans le développement de l’enfant ? Et comment devons-nous réagir en tant que parent/adulte face à cet objet ? Je vous explique, dans cet article, tout ce dont vous devez savoir.

Qu’est-ce qu’un doudou (ou objet transitionnel) ?

Le doudou est un objet choisi par l’enfant à partir de 3-4 mois. Il peut être divers : peluches, tétine, t-shirt de maman (ou papa), un bout de tissus, le pouce, un jouet quelconque, …  Il a comme rôle de réconforter l’enfant, d’apporter une présence rassurante, comme celle d’une maman.

Donnald Woods Winnicott, psychanalyste anglais
Donnald Woods Winnicott, psychanalyste anglais

Le psychanalyste Donald Winnicott, parle d’objet transitionnel. D’après lui, il n’est pas qu’un objet rassurant comme on nous le mentionne régulièrement. C’est un « espace transitionnel », comme il le nomme, un espace intermédiaire entre la réalité intérieure de l’enfant et la réalité extérieure, ni tout à fait imaginaire, ni tout à fait réel. C’est le lieu de rencontre entre deux réalités (intérieure et extérieure). L’objet transitionnel vit dans cet espace transitionnel et il y tient une place essentielle. En effet, le doudou n’est pas une simple peluche ou un morceau de chiffon parmi tant d’autres, il est chargé de beaucoup de significations et remplit plusieurs fonctions nécessaires à la construction du « Moi » de l’enfant, la construction de son identité.

Un exemple

J’ai lu un jour un texte qui imageait le rôle du doudou. L’auteur, dont je ne me souviens malheureusement pas du nom, nous renvoyait à une expérience commune à chacun : le réveil. Lorsque le réveil sonne et nous extirpe d’un bon rêve, nous avons un sentiment d’amertume. Nous avons parfois besoin de temps pour revenir à la réalité, un petit temps d’adaptation, un temps de transition. Nous pourrions appeler cela l’espace de transition.

En tant qu’adulte, nous avons notre « moi » qui est généralement construit et avons trouvé des moyens de traverser cette transition.

La construction de l’identité de l’enfant

Je parle dans le paragraphe précédent de la construction du Moi. C’est, en fait, une théorie proposée par le célèbre Freud, fondateur de la psychanalyse. Il parle de trois instances de la personnalité : le « Ça », le « Moi » et le « Surmoi ».

Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse.
Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse

Le « Ça » : il s’agit de l’instance psychique qui abrite le siège des pulsions et des désirs refoulés. Il est, en d’autres termes, dirigé par le principe de plaisir.

Le « Moi » : cette instance se construit progressivement à partir du « Ça » au contact de la réalité. Il est le siège de la conscience, mais également des mécanismes de défense. Il est donc dirigé par le principe de réalité.

Le « Surmoi » : il se construit progressivement à partir du « Moi » en intériorisant l’idéal du « Moi » et des interdits parentaux et sociaux. Il est à l’origine de la conscience morale.

L’importance du doudou pour l’enfant (objet transitionnel)

Tous les enfants n’ont pas systématiquement un doudou. Certains trouvent d’autres manières de faire cette transition entre la réalité intérieure de l’enfant et la réalité extérieure. Cependant, lorsque l’enfant a choisi d’utiliser un doudou pour traverser cet espace transitionnel, il est important pour lui d’avoir accès à son objet transitionnel quand il en a besoin.

L’objet transitionnel fait partir de l’extérieur, mais aussi de l’enfant puisqu’il l’a choisi et intégré à lui. L’enfant perçoit cet objet comme un prolongement de la mère qui lui appartient également. C’est un peu de lui et un peu de sa maman.

Chez le nourrisson, l’absence de la mère provoque une angoisse. L’objet transition va donc lui donner l’impression d’avoir la présence de sa mère, la présence du sein en continu. Le doudou va donc avoir une fonction apaisante, rassurante, calmante pour l’enfant, comme si sa maman était présente.

Il est d’autant plus important au moment de l’endormissement où l’enfant va passer du monde de la réalité, au monde du plaisir : le « Ça ». À nouveau, cette transition provoque chez l’enfant une angoisse que le doudou pourra alors apaiser.

Comment se positionner, en tant qu’adulte, face au doudou de son enfant ?

Il est important de ne pas remplacer la présence de l’adulte par le doudou. La maman est indéniablement la meilleure source apaisante pour le tout-petit. C’est pourquoi, de nos jours, dans les maternités occidentales, le nourrisson reste en chambre avec la maman.

Les mamans qui pratiquent le cododo avec leur bébé remarquent également que l’enfant est relativement plus serein à leurs côtés. J’ai moi-même fait l’expérience en prenant mon bébé dans mon lit quand il était trop agité pour s’endormir seul. Lorsque j’essayais de le remettre dans son berceau, il se réveillait en pleurs. Si au contraire, je le gardais le reste de la nuit avec moi, il dormait paisiblement.

Cependant, lorsqu’il s’agit d’une tierce personne, même s’il s’agit d’une personne de confiance pour l’enfant (papa, nounou, …) la réaction du bébé peut être très différente. Certains se sentiront apaisés par une présence réconfortante qui leur permettra de traverser cet espace transitionnel. D’autres auront besoin de leur doudou, de leur objet transitionnel pour pouvoir calmer leur angoisse.

Il est donc essentiel de comprendre si le doudou leur est indispensable ou non, afin de trouver le meilleur moyen d’accompagner l’enfant dans cette transition.

Quand donner le doudou à son enfant ?

Comme vous avez pu le lire, le doudou, s’il est utilisé comme objet transitionnel, est important pour l’enfant. Le tout-petit devrait y avoir accès lorsqu’il en ressent le besoin. Il est même parfois indispensable lorsqu’il est gardé (crèche, nounou, grands-parents, …) en l’absence de la mère.

un doudou
Image par Pezibear de Pixabay

Cependant, à partir de l’âge de 2 ans, l’enfant va petit à petit s’en détacher, pour ne l’utiliser qu’exceptionnellement dans des moments plus angoissants. Le doudou sera gentiment délaissé pour laisser place aux échanges avec ses pairs.

Néanmoins, si l’enfant a de la peine à s’en détacher, l’adulte pourra proposer et accompagner l’enfant à avoir son doudou avec lui uniquement pour dormir. L’endormissement reste toujours un moment plus difficile, comme nous l’avons vu au-dessus.

Maintenant vous connaissez l’importance du doudou pour l’enfant. Cependant, comme je l’ai mentionné plus haut, le doudou n’est pas indispensable pour traverser cet espace transitionnel. Alors, vos enfants ont-ils un doudou ou font-ils partie de ces enfants qui utilisent un autre moyen qui leur est propre ?


  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages