Notre manière d’éduquer nos enfants est unique

Notre manière d’éduquer nos enfants est unique

  •  
  •  
  •  

Aujourd’hui, je vais parler de la manière d’éduquer nos enfants. Ce ne sera pas un podcast qui traite des différentes pédagogies que nous pourrions mettre en pratique dans notre foyer, mais de l’attitude et de l’engagement du parent. 

Bien souvent, j’entends des parents me demander comment je fais pour avoir des enfants si polis, si tranquilles, si parfait… Évidemment, ça me flatte et je suis fière d’entendre de si beaux compliments sur le comportement de mes enfants. Pourtant, la réalité est toute autre : 

Mes enfants ne sont pas parfaits et moi encore moins. Chez nous, ça crie tout autant que dans les autres familles, nous vivons des déceptions et des victoires chaque jour, comme partout.

Ce qui fait la différence entre certains parents et d’autres, c’est de savoir que nous ne sommes pas des éducateurs sans failles, mais que nous avons envie de nous remettre en question et de faire évoluer nos pratiques. Ces réflexions sur nos méthodes, notre attitude et notre comportement envers nos enfants, doivent nous mener à constamment revoir notre manière de fonctionner, et ce, pour le bien de toute la famille.

Notre objectif être le bien de l’enfant ET de la famille. 

Si tu te rappelles, il y a quelques mois, j’avais parlé du rôle du parent avec l’image du capitaine du bateau (à réécouter ici si besoin). C’est donc indispensable que chaque membre de l’équipage puisse trouver sa place et se sentir bien sûr le navire. Sans quoi, le risque de déséquilibre est grand. 

En voyant l’éducation de cette manière, on ne regarde plus les autres parents avec envie, on n’essaye pas d’imiter les autres familles dans l’espoir d’avoir des enfants aussi « parfait », on ne culpabilise plus autant de ne pas réussir à garder son calme. 

Pourquoi ? Parce que nous sommes conscients que nos enfants ne sont pas les enfants des autres, que nous ne sommes pas les autres parents. Nous sommes uniques, notre famille ne ressemble à aucune autre famille. 

Une manière d’instaurer des valeurs aux enfants entraînera des répercussions positives dans une famille ou auprès d’un enfant, mais pourra être un échec pour d’autres. D’ailleurs, même les valeurs son propre à chaque famille, à chaque vécu.

Pourtant, au sein d’une même famille, les manières de faire peuvent également varier d’un enfant à l’autre.

Par expérience, avec 4 enfants, je peux t’assurer que chacun d’entre eux est différent. Leur caractère et leurs émotions leur sont propres. Alors bien évidemment, leurs réactions à notre manière de leur apporter notre éducation seront différentes. À l’heure d’aujourd’hui, je cherche encore et je me remets en question pour chaque étape de leur vie.

Alors pourquoi vouloir être comme la voisine qui ne crie presque jamais ou avoir des enfants aussi adorables que ceux de la cousine germaine qu’on a vu, qu’une seule fois, au mariage de Jean-Louis et Pauline ?  

Non, nous n’avons rien à envier des autres. Nous avons notre famille avec nos propres difficultés et nos nombreuses victoires. Ce qui fonctionne pour certains ne le sera peut-être pas pour d’autres. 

Il existe autant de pédagogiques que de familles

Je pars du principe qu’il n’existe pas 3-4 pédagogies différents, mais autant de pédagogies qu’il y a de familles, voire d’enfants.

Bien évidemment, nous pouvons nous inspirer des théories d’éducation (comme l’éducation bienveillante ou positive) et prendre en compte les recherches qui ont été faites ces dernières années (entre autres en neurosciences ou sur les Violence Educative Ordinaire (VEO)).

Néanmoins, nous devons essayer, observer et nous remettre en question. Car plus que les principes éducatifs, c’est notre attitude à vouloir les appliquer qui est importante.

Si nous ne sommes pas convaincus par nos actes, si nous ne nous sentons pas à l’aise avec telle ou telle pratique, l’enfant le ressentira. Nous risquons de nous retrouver face à un échec, que ce soit un échec personnel ou un échec familial, cela est souvent vécu avec douleur.  

Ce n’est pas une raison pour abandonner. Il suffit d’accepter, de se poser les bonnes questions, de rebondir sur cet échec et recommencer avec une autre attitude ou un autre objectif.

Pour aller plus loin dans l’acceptation de l’échec, je vous propose 17 résumés d’articles que j’avais fais l’année dernière pour le surmonter.

Rien n’est figé, surtout quand il s’agit d’éduquer les enfants

Ne l’oublions pas, rien n’est figé dans la vie, tout est constamment en évolution. Et l’éducation n’y échappe pas.

Les enfants grandissent, le monde change, les outils de recherches se perfectionnent. Il faut donc constamment se remettre question, remettre en question nos valeurs et les besoins de chaque membre de la famille.

À nous, parents, de trouver l’équilibre qui est nécessaire pour que chaque membre de la famille se sente accueilli, respecter et aimer au sein de leur foyer.

Jean-Paul II a d’ailleurs bien exprimé ce rôle de parent-éducateur. Je vais donc terminer ce podcast sur cette citation qui résume bien notre mission d’adulte dans la vie de nos enfants.

« L’éducation est plus qu’un métier, c’est une mission, qui consiste à aider chaque personne à reconnaître ce qu’elle a d’irremplaçable et d’unique, afin qu’elle grandisse et s’épanouisse. »

Jean-Paul II

  •  
  •  
  •